Overblog
Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
Le blog de Primavera22

Le blog de Primavera22

"On ne naît pas Breton. On le devient, à l’écoute du vent, du chant des branches, du chant des hommes et de la mer." Xavier Grall

Publié le par Solemio22
Publié dans : #Poèmes divers
La naissance de Vénus de Sandro Botticelli ( 1445 - 1510 )  _  Ce tableau est visible au Musée des Offices à Florence, musée que j’ai visité lors de mon voyage en Toscane en 2007. Prima

La naissance de Vénus de Sandro Botticelli ( 1445 - 1510 ) _ Ce tableau est visible au Musée des Offices à Florence, musée que j’ai visité lors de mon voyage en Toscane en 2007. Prima

                                  Sonnet III.

Au mois d'avril, quand l'an se renouvelle,
L'aube ne sort si fraîche de la mer :
Ni hors des flots la déesse d'aimer
Ne vint à Cypre en sa conque si belle,

Comme je vis la beauté que j'appelle
Mon astre saint, au matin s'éveiller,
Rire le ciel, la terre s'émailler,
Et les Amours voler à l'entour d'elle.

Amour, Jeunesse, et les Grâces qui sont
Filles du ciel lui pendaient sur le front :
Mais ce qui plus redoubla mon service,

C'est qu'elle avait un visage sans art.
La femme laide est belle d'artifice,
La femme belle est belle sans du fard.

                  Pierre de Ronsard ( 1524 - 1585 )
                Recueil : Les Amours d'Astrée (1578)

Au mois d'Avril quand l'an se renouvelle.... poème de Ronsard

Sans

 

Sans

Publié le par Solemio22
Publié dans : #Poèmes divers
Avril... poème de François COPPÉE

Lorsqu'un homme n'a pas d'amour,

Rien du printemps ne l'intéresse ;

Il voit même sans allégresse,

Hirondelles, votre retour ;

 

Et, devant vos troupes légères

Qui traversent le ciel du soir,

Il songe que d'aucun espoir

Vous n'êtes pour lui messagères.

 

Chez moi ce spleen a trop duré,

Et quand je voyais dans les nues

Les hirondelles revenues,

Chaque printemps, j'ai bien pleuré.

 

Mais depuis que toute ma vie

A subi ton charme subtil,

Mignonne, aux promesses d'Avril

Je m'abandonne et me confie.

 

Depuis qu'un regard bien-aimé

A fait refleurir tout mon être,

Je vous attends à ma fenêtre,

Chères voyageuses de Mai.

 

Venez, venez vite, hirondelles,

Repeupler l'azur calme et doux,

Car mon désir qui va vers vous

S'accuse de n'avoir pas d'ailes.

 

François COPPÉE (1842-1908)

 

Avril... poème de François COPPÉE

Né et mort à Paris ( 1842 _ 1908 ), François Coppée est né dans une famille modeste de vieux Parisiens, il entra très jeune au ministère de la Guerre, tout en commençant à publier ses premières poésies ici et là. En 1869, il fut attaché à la bibliothèque du Sénat jusqu’en 1883, puis élu à l’Académie française en 1884.

Il mourut à la suite d’une longue maladie. Il fut souvent sévèrement jugé mais ses poésies de genre conservent encore un certain charme.

Avril... poème de François COPPÉE

12.04.2014

 

Publié le par Solemio22
Publié dans : #BRETAGNE

 

De retour d'un séjour obligé dans la cité corsaire, je vais vous conter en quelques lignes la petite histoire de cette frégate, reconstitution d'un bâtiment de guerre du XVIII ème siècle du plus bel effet sous les remparts de la cité malouine....mais de construction récente...

 

SAINT

 

1996 - 2010 Grand Turk


En 1996, Mickael Turk, armateur britannique recherche des plans afin de construire une frégate pour les besoins de la série télévisée " Hornblower " tirée du roman de C.S.Forester. Dans les archives de la Royal Navy il découvre les plans d'une frégate malouine nommée " Le Grand Turc " .... il baptise son navire  " Grand Turk " ..... qui deviendra ....

 L'Etoile du Roy.... port d'attache Saint-Malo, cité corsaire

Mars 2010, Etoile du Roy  


Mars 2010, l'armement malouin  Etoile Marine Croisières - Bob Escoffier- prend possession de la frégate corsaire vendue par Mickael Turk et c'est ainsi que le Grand Turk convoyée depuis Londres sera accueillie au son du canon par la flotte des Etoiles à Saint-Malo, son nouveau port d'attache, et sera baptisée Etoile du Roy !
En arrivant à Saint-Malo, Etoile du Roy devient le deuxième plus grand voilier français après le Belem.

 

 L'Etoile du Roy.... port d'attache Saint-Malo, cité corsaire

Capturée par les Anglais en 1745, la frégate retrouve donc, trois siècle plus tard, son port d'attache, le pavillon malouin fièrement hissé au mât de misaine!
La capacité d'accueil de la frégate corsaire à quai est de 350 personnes en privatif, et une capacité de 120 personnes pour des sorties en mer, séminaires, mariages ou tournages de films....
La surface de voilure est de 790 m², il faut presque une heure à l'équipage pour " envoyer " ou " ramasser " toute la voile. 
La longueur de la coque est de 36 m 40, hors-tout 46 m 30
La plus grande largeur ( le Maître-bau ) 10 m 36

 L'Etoile du Roy.... port d'attache Saint-Malo, cité corsaire

Le  Cotre corsaire de Surcouf, le Renard ( réplique de l'original ) me paraît bien petit quand il est à quai à proximité de l'Etoile du Roy, mais combien grand par la réputation de notre intrépide et légendaire corsaire.  Prima

 

A

Publié le par Solemio22
Publié dans : #Poèmes de femmes

Laszlo_-_Anna_de_Noailles

Anna de Noailles ( 1876 - 1933 )

 

" Elle était plus intelligente, plus malicieuse que personne. Ce poète avait la sagacité psychologique d'un Marcel Proust, l'âpreté d'un Mirbeau, la cruelle netteté d'un Jules Renard."     

               Jean Rostand, préface à Choix de poésies d'Anna de Noailles, 

=======

D' ascendance roumaine, elle écrivit des vers dès son enfance. Son premier recueil en 1901, apparut comme une bouffée de sincérité brûlante jusqu'à l'impudeur, la révélation d'un lyrisme féminin. Elle donna un accent moderne aux grands thèmes romantiques. 
             

               Anthologie de la poésie française du XXe siècle.

 

Ô lumineux matin ... - ... Poème de Anna de Noailles
Ô lumineux matin ... - ... Poème de Anna de Noailles

Ô lumineux matin, jeunesse des journées, 
Matin d'or, bourdonnant et vif comme un frelon, 
Qui piques chaudement la nature, étonnée 
De te revoir après un temps de nuit si long ;

Matin, fête de l'herbe et des bonnes rosées, 
Rire du vent agile, oeil du jour curieux, 
Qui regardes les fleurs, par la nuit reposées, 
Dans les buissons luisants s'ouvrir comme des yeux ;

Heure de bel espoir qui s'ébat dans l'air vierge 
Emmêlant les vapeurs, les souffles, les rayons, 
Où les coteaux herbeux, d'où l'aube blanche émerge, 
Sous les trèfles touffus font chanter leurs grillons ;

Belle heure, où tout mouillé d'avoir bu l'eau vivante, 
Le frissonnant soleil que la mer a baigné 
Éveille brusquement dans les branches mouvantes 
Le piaillement joyeux des oiseaux matiniers,

Instant salubre et clair, ô fraîche renaissance, 
Gai divertissement des guêpes sur le thym, 
- Tu écartes la mort, les ombres, le silence, 
L'orage, la fatigue et la peur, cher matin...

 

                                        Anna de Noailles ( 1876 - 1933 )

 

Amitié

 

=====

 

17.03.2014.
 

17.03.2014.
Publié le par Solemio22
Publié dans : #Poèmes de femmes

de

de Daniel F.Gerhartz

 

Sans

 

S’il arrivait un jour, en quelque lieu sur terre,
Qu’une entre vous vraiment comprît sa tâche austère,
Si, dans le sentier rude avançant lentement,
Cette âme s’arrêtait à quelque dévouement,
Si c’était la Bonté sous les cieux descendue,
Vers tous les malheureux la main toujours tendue,
Si l’époux, si l’enfant à ce cœur ont puisé,
Si l’espoir de plusieurs sur Elle est déposé,
Femmes, enviez-la. Tandis que dans la foule
Votre vie inutile en vains plaisirs s’écoule,
Et que votre cœur flotte, au hasard entraîné,
Elle a sa foi, son but et son labeur donné.
Enviez-la. Qu’il souffre ou combatte, c’est Elle
Que l’homme à son secours incessamment appelle,
Sa joie et son appui, son trésor sous les cieux,
Qu’il pressentait de l’âme et qu’il cherchait des yeux,
La colombe au cou blanc qu’un vent du ciel ramène
Vers cette arche en danger de la famille humaine,
Qui, des saintes hauteurs en ce morne séjour,
Pour branche d’olivier a rapporté l’amour.

 

Louise Ackermann, ( 1813 – 1890 )

Le Parnasse contemporain, III (1876)

 

de

de Daniel F. Gerhartz

 

 

Publié le par Solemio22
Publié dans : #Poèmes divers
John Playne ... poème de Jules Verne ( extrait )

Jules Verne, écrivain français bien connu pour ses romans d’aventures et de science-fiction ; " Cinq semaines en ballon ", " Le tour du monde en quatre-vingts jours", " De la terre à la lune ", etc…

" Ce que j’écris sera réalisé à la fin du siècle " Visionnaire Jules Verne ?  oui, certainement …mais aussi poète. Prima

 

 

John Playne ... poème de Jules Verne ( extrait )
John Playne ... poème de Jules Verne ( extrait )

John Playne on peut l’en croire

Est complètement soûl !

Il n’a cessé de boire

Jusqu’à son dernier sou !

Dam’ ! deux heures de stage

Au fond d’un cabaret

En faut-il davantage

Pour absorber son prêt ?

Bah ! Dans une marée

Il le rattrapera

Et brute invétérée

Il recommencera.

D’ailleurs c’est l’habitude

Des pêcheurs de Kormer

Ils font un métier rude !

Allons John Playne en mer !

 

29.01.2012

 

Le bateau de John Playne

Se grée en étalier

Avec foc et misaine.

Il a nom Saint-Hélier.

Mais que John se dépêche

De retourner à bord !

Les chaloupes de pêche

Sont déjà loin du port !

C’est que la mer est prompte

A descendre à présent !

A peine si l’on compte

Deux heures de jusant !

Donc si John ne se hâte

De partir au plus tôt,

Et si le temps se gâte

C’est fait de son bateau.

 

( … )

 

Jules Verne

( Nantes 1828 - Amiens 1905 )

 

04

Depuis le dos du Grand Éléphant, nous sommes à 12 mètres du sol avec une vue imprenable sur le site des anciens chantiers navals. Un voyage hors du temps dans la ville de Jules Verne. 
 

Publié le par Solemio22
Publié dans : #Pablo NERUDA

Sans

C'était il y a quelques années, quel âge avais-tu  ? Dix ans ? Un peu plus, un peu moins, je ne sais plus, ce dont je me souviens...  tu cassas ta tirelire, descendis chez la fleuriste, achetas une rose et tu partis comme un grand offrir une rose à Cynthia, ta petite amie d'école et de jeux...


Quand je vois cette photo de Kim Anderson, je me rappelle cette très jolie histoire d'enfant.... la fraîcheur d'une Saint-Valentin. 

Prima

 


137459

Je t'aime parce que je t'aime et voilà tout.... No te quiero sino porque te quiero.... Poème de Pablo Neruda

Je t'aime parce que je t'aime et voilà tout
et de t'aimer j'en arrive à ne pas t'aimer
et de t'attendre alors que je ne t'attends plus
mon coeur peut en passer du froid à la brûlure.

Je ne t'aime que parce que c'est toi que j'aime,
et je te hais sans fin, te hais et te supplie,
et la mesure de mon amour voyageur
est de ne pas te voir, de t'aimer en aveugle.

Et si, lumière de janvier, tu consumais
ton rayon cruel, et mon coeur tout entier
me dérobant la clef de la tranquillité ?

En cette histoire je n'arrive qu'à mourir
et si je meurs d'amour, c'est parce que je t'aime,
parce qu'amour, je t'aime, et à feu et à sang.


             Pablo Neruda ( 1904 - 1973 )
                  La centaine d'amour

 

Sans

Publié le par Solemio22
Publié dans : #VICTOR HUGO
La plage de la Mare à Saint-Cast un jour de tempête...  16 septembre 2010,.. une de ms dernières photos des grandes marées sous la tempête... je ne prends plus de risques ...

La plage de la Mare à Saint-Cast un jour de tempête... 16 septembre 2010,.. une de ms dernières photos des grandes marées sous la tempête... je ne prends plus de risques ...

Divinité marine de la mythologie grecque, Triton avait un corps d'homme terminé par une queue de poisson. Il se promenait sur les vagues sur un cheval ou un monstre marin tenant à la main une conque au son si éclatant qu'on l'entendait à l'autre bout de la terre. Il était le fils de Poséidon, dieu de la mer et des tempêtes et de Amphitrite, une Néréide déesse de la mer et des monstres marins.

 

Des vents très forts se déchaînent depuis Noël sur les côtes de Bretagne, et sur toute la façade ouest du pays. Certes le spectacle est grandiose en période de grandes marées, mais ne jamais oublier qu'il peut être dangereux d'en faire des photos.... la mer est imprévisible ! Prima

 

 

Saint-Malo, dimanche 3 février 2014 _ photo Ouest-France.

Saint-Malo, dimanche 3 février 2014 _ photo Ouest-France.

Triton d'équinoxe.... poème de Victor Hugo

Quel effrayant vacarme il a fait cette nuit !
Je n’ai pu fermer l’oeil. Quel tumulte ! quel bruit !
Le vent dans mon esprit bouleversait les rêves
Comme il chasse le soir les houles sur les grèves.
Le triton Equinoxe à pleins poumons soufflait.
Sourd comme l’ouragan, aigu comme un sifflet,
Le noir clairon des nuits emplissait tout l’espace.
S’il fallait que jamais sur un toit je grimpasse,
Hélas ! je m’en irais tout à travers les cieux
En faisant dans les airs cent folles pirouettes,
Avez-vous entendu grincer les girouettes ?…
Les portes tressaillaient et grinçaient sur leurs gonds.
Les moindres trous sifflaient ainsi que les dragons.
L’air passait par les murs comme à travers un crible.
C’était lugubre, étrange, extravagant, terrible,
Sinistre. Il me semblait, au bruit, au tremblement,
Aux clameurs qui tombaient d’en haut confusément,
Semblables dans l’espace à de vagues huées,
Que le diable volait au milieu des nuées.


                       
Victor Hugo ( 1802 - 1885 )

                          ( Théâtre en liberté )

                              
 

Publié le par Solemio22
Publié dans : #Poèmes divers
L' Invisible présence... poème de Henri de Régnier  " Le temps furtif, vient, tourne et rôde...

Le Temps passe, s’écoule insaisissable avec ses joies, ses petits bonheurs, mais aussi parfois avec ses petites et grandes misères  …,

Chacun de nous a sa notion du Temps en fonction de son attente, de ses occupations.

Heureusement, il y a une vie à côté du blog, une vie qui actuellement me demande un peu plus de temps... aussi mes billets seront plus espacés que lors des années passées... 

Prima 

L' Invisible présence... poème de Henri de Régnier  " Le temps furtif, vient, tourne et rôde...
L' Invisible présence... poème de Henri de Régnier  " Le temps furtif, vient, tourne et rôde...

Le temps furtif vient, tourne et rôde
Invisible autour de nos vies
Et l'on entend glisser sa robe
Sur le sable et sur les orties.

Il nous signale sa présence
Minutieuse et souveraine
Par un taret dans la crédence,
Par une moire en la fontaine,

Un craquement, une fêlure.
Rouille qui mord, bloc qui s'effrite,
Doigt qui laisse à la place mûre
L'empreinte où le fruit pourrit vite;

Il ne lui faut pour qu'on l'entende
Passer au fond de nos pensées
Ni la pendule où se distendent
Les aiguilles désenlacées,

Ni l'inflexible voix de bronze
Du campanile ou des horloges,
Ni l'heure qui sonne dans l'ombre,
Ni l'angélus qui sonne à l'aube;

Jamais il n'est plus dans nos vies
Qu'imperceptible et taciturne,
Quand il effeuille en l'eau pâlie
Les pétales du clair de lune.

Henri de Régnier  (1864  - 1936 )

 

***

 

L' Invisible présence... poème de Henri de Régnier  " Le temps furtif, vient, tourne et rôde...

Henri de Régnier, né à Honfleur ( Calvados ) en 1864, mort à Paris en 1936, fit des études de droit, mais très vite ses goûts le portèrent vers la littérature.

C'est en 1885, qu'il publia ses premiers poèmes " Lendemains "

Amoureux de Venise, il écrivit, entre autres écrits, " L'Altana ou la vie vénitienne.

DSC09276

Publié le par Solemio22
Publié dans : #BRETAGNE
" Les Terre Neuvas " suivi d'un poème de Victor Hugo - Les pauvres gens -

« Les Terre-Neuv@s » est le nom qui a été retenu pour notre nouvelle école, un choix judicieux, un hommage à ces hommes qui partaient pour de longs mois, à la pêche sur les bancs de Terre-Neuve, près du Canada, six mois, parfois plus si la pêche n’était pas bonne.. . Beaucoup de ces marins périrent en mer.

Née au XV ème siècle la pêche à la morue fut suspendue en 1992 pour 10 ans, les fonds étant épuisés par des siècles de pêche intensive. Cette interdiction de pêche ne fut jamais levée les bancs ne s'ayant jamais reconstitués. Prima

Les Terre-Neuvas... " On les appelait les forçats de la mer... .."

http://www.le-petitbleu.fr/2013/04/26/jules-ohier-l%E2%80%99un-des-derniers-dorissiers

de Louis GARNERAY  _  La pêche à la morue sur le banc de Terre-Neuve

de Louis GARNERAY _ La pêche à la morue sur le banc de Terre-Neuve

" Les Terre Neuvas " suivi d'un poème de Victor Hugo - Les pauvres gens -

 ... II 

Il livre au hasard sombre une rude bataille.
Pluie ou bourrasque, il faut qu'il sorte, il faut qu'il aille,
Car les petits enfants ont faim. Il part le soir
Quand l'eau profonde monte aux marches du musoir.
Il gouverne à lui seul sa barque à quatre voiles.
La femme est au logis, cousant les vieilles toiles,
Remmaillant les filets, préparant l'hameçon,
Surveillant l'âtre où bout la soupe de poisson, 
Puis priant Dieu sitôt que les cinq enfants dorment. 
Lui, seul, battu des flots qui toujours se reforment, 
ll s'en va dans l'abîme et s'en va dans la nuit. 
Dur labeur ! tout est noir, tout est froid ; rien ne luit. 
Dans les brisants, parmi les lames en démence, 
L'endroit bon à la pêche, et, sur la mer immense, 
Le lieu mobile, obscur, capricieux, changeant, 
Où se plaît le poisson aux nageoires d'argent, 
Ce n'est qu'un point ; c'est grand deux fois comme la chambre. 
Or, la nuit, dans l'ondée et la brume, en décembre, 
Pour rencontrer ce point sur le désert mouvant, 
Comme il faut calculer la marée et le vent ! 
Comme il faut combiner sûrement les manoeuvres !
Les flots le long du bord glissent, vertes couleuvres ;
Le gouffre roule et tord ses plis démesurés, 
Et fait râler d'horreur les agrès effarés. 
Lui, songe à sa Jeannie au sein des mers glacées, 
Et Jeannie en pleurant l'appelle ; et leurs pensées 
Se croisent dans la nuit, divins oiseaux du coeur.

                                                                     ....
                                              Victor Hugo  ( 1802 - 1885 )

                                                  La légende des siècles

de Dominique Guillaume, auteur photographe  Marée 108 sur le sillon à Saint-Malo, le 03.01.2014, le matin. _  https://www.facebook.com/pages/Dominique-Guillaume-Auteur-Photographe/98759826579

de Dominique Guillaume, auteur photographe Marée 108 sur le sillon à Saint-Malo, le 03.01.2014, le matin. _ https://www.facebook.com/pages/Dominique-Guillaume-Auteur-Photographe/98759826579

CITATION

 

«  La mer est un espace
de rigueur 
et 
de liberté  »

 

Victor Hugo

 

<a id='lcm2K13_605' href='http://france.lachainemeteo.com/meteo-france/ville/previsions-meteo-saint-cast-le-guildo-4613-0.php'>Meteo Saint-Cast-le-Guildo</a><script src='http://services.lachainemeteo.com/meteodirect/generationjs/javascript?type_affichage=vignette&w=140&h=175&idc=lcm2K13&entite=4613&type_entite=1&echeance=0&rand=605'></script>

Articles récents

«  La mer est un espace

de

rigueur et de liberté  »



Victor Hugo

Hébergé par Overblog